jeudi 27 juillet 2017

La finance verte


Elle affiche sa couleur, la finance verte fait face au besoin croissant de protection, d’anticipation. Avec des stratégies audacieuses, tant sur la préservation et la valorisation du patrimoine, elle développe avec les principaux acteurs des produits adaptés à la nécessité de défendre l’économie contre les aléas du changement climatique.
Les circuits de la finance verte présentent et proposent des méthodes vertueuses de gestion et d’investissement durable combinant assurance, risque et respect de l’environnement. Défis à court et moyen terme, ce nouveau modèle a de l’avenir et promet, promeut des garanties d’équilibre.
Quelques pays ainsi que la France, en pointe pour la promotion du secteur, favorisent par des mesures fiscales l’intérêt de cette économie. Cet investissement responsable, à fort potentiel, se conjugue avec les nouvelles technologies, les nouveaux comportements mais aussi, avec une gestion qui mesure la rentabilité et les enjeux stratégiques à l’échelle mondiale.
Il est de bon ton de participer à ce cercle vertueux et c’est un gage de bonne conduite que d’afficher ses ambitions ou son intérêt dans ce domaine. Au-delà de la morale et de la représentation, c’est un investissement à forte valeur ajoutée. Du potager bio aux « green-bonds » passant par la bio-tech, cette économie durable est considérée avec raison comme un des vecteurs de la mutation nécessaire de l’industrie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire