vendredi 25 août 2017

Brûlez nos églises… Nous construirons des mosquées


L’arrogance d’une frange embourgeoisée d’occident, sa représentation décadente, précieuse, efféminée, prétentieuse et fétichiste prône « des rapports libres ». C’est peu dire s’il est, somme toute détestable, de s’attarder sur le comportement de l’espèce, excitée et polluée, conditionnée par le « lien social » se résumant au désir et au plaisir de la consommation, sans égard pour la pensée, la liberté ou bien d’autres concepts inversés, bien moins important pour l’émancipation de l’individu.
Mettre de l’ordre dans la culture et éviter les dérives serait sans doute pire, dirait certains.
Dans les lieux abandonnés, dans les déserts de solitudes, sur les ruines, nous construisons et défendons les valeurs de morale, d’éthique et de vérité. Nos murs sont de prières et de louanges. Sur les cycles de la destruction, de l’ignorance et du laissé faire, au risque du pire, sur le chemin des ombres, des mythes en pleine lumière, nous bâtissons, à chaque instant, sur l’ivraie, des chapelles en verre, aux reflets d’argent.
Sans retenues ni vertus, oeuvrant à reproduire l’acte de sauvegarde, usant du vice déposé sur l’autel de la crédulité, l’ultime expérience de l’interdit et des passions originelles, la pornographie et la guerre, dans les bains de la liberté, la sensualité économique ou géostratégique en friction par la ritualisation de la machine qui rythment notre éduction collective.
L’avenir est entre les mains d’un système dégénéré, pour des raisons écologiques et économiques, qui décidera de la nature et du miracle de la vie.
Obscénité et vulgarité camouflées selon la norme, les non dits, l’hypocrisie, les fausses confidences et silences dressent le décor d’un spectacle en sous-mains.
Nous ne dénonçons pas le matraquage permanent de publicités, de réflexions injurieuses et de débats obsolètes qui annihilent les nôtres avant de les broyer dans les couloirs du Droit. Nous exigerons des explications sur l’état de notre condition et l’avenir de nos intuitions.

(De sur la cristallisation de la révolte dans le sous-prolétariat et sa classe dangereuse)

mercredi 2 août 2017

Isengrin n’a plus la côte !


La France devrait, cette année, effectuer un prélèvement de 40 loups… Derrière ses termes propres et techniques, il s’agit d’autoriser l’abattage de plusieurs dizaines d’animaux au profit d’éleveurs inquiets pour leurs troupeaux.
Ce canidé, illustre ancêtre de nos plus fidèles compagnons, à l’état sauvage n’a donc aucun droit de prélever, lui aussi, une brebis ou une chèvre afin d’assurer sa présence sur des terres communales qui seraient réservées aux éleveurs. Le pays aux 100 fromages ne voudrait pas perdre une appellation de montagne au prix d’une bête dévorée par le loup et jusqu’à présent indemnisée par l’Etat. Quelle économie… !?La chèvre de Mr Seguin aura gagné et celui-ci revendique à son compte l’espace jusqu’aux sommets.Comptabilité faite, les scientifiques, les pouvoirs publics s’approprient le droit de soigner le travail au bénéfice de la diversité en matière de fromages et du bien être d’artistes confortables qui, une paille au coin de la bouche, souhaitent respirer le bon air de la reconversion après une carrière dans la finance ou la publicité.Le calcul est simple : La tranquillité des bergers, parce qu’ils le valent bien et l’élimination d’une quarantaine de loups qui n’auront pas leur boîte de Ron-Ron.Du meneur de loups, aux contes et légendes en passant par la fondation de Rome, l’homme a toujours vécut près de cet animal charismatique. Certains voudraient s’en débarrasser, sans respect, sans cérémonie, sans même se soucier de notre Histoire et de nos origines. Malheureusement l’opinion a bien d’autres préoccupations et l’opposition bien des sujets de controverse. Peut-être que le Ministre de l’Ecologie et du développement, qui a construit sa notoriété à travers des reportages sur la nature sauvage donnée en spectacle pour émouvoir le public, pourrait fournir la traduction du message et nous dire ce qu’il faudrait penser de l’engagement de la France en matière de biodiversité alors que celle-ci participe du leadership en ce qui concerne la protection de l’environnement.Les éleveurs, eux, n’ont plus à partager l’espace et le risque. Leur métier devient une activité de loisir…